Rénovation Urbaine, les actions d'accompagnement

Le relogement  

Le relogement et la prise en charge de l’accompagnement social des familles au-delà de l’aspect relogement, s’effectuent sous la responsabilité de la Ville, conformément à la convention partenariale ANRU de Février 2006, qui s’appuie sur deux équipes de Maîtrise d’oeuvre sociale, à savoir :

•    la SIG, Concessionnaire pour les quartiers de Bergevin, Chanzy et Henri IV,
•  la SEMSAMAR, Concessionnaire, pour les quartiers de Lauricisque et Orban, Ainsi, chaque concessionnaire est en charge, pour le territoire dont il a la responsabilité, d’un suivi global des relogements, sur le plan quantitatif et qualitatif. Les bailleurs ont la responsabilité du relogement sur le parc de logements dont il assure la gestion.  

La Gestion Urbaine de Proximité (GUP)  

Outil majeur et incontournable du projet de Rénovation Urbaine de Pointe-à-Pitre, la Gestion Urbaine de Proximité a fait l’objet d’une convention signée en mars 2010 entre l’Etat, la Ville et les bailleurs (SIG, SIKOA SA d’HLM, SEMSAMAR et SEMAG). La Convention s’étend à l’ensemble des territoires de projet de la Rénovation Urbaine : « Bergevin, Chanzy, Henri IV » (dits RUPAP), le quartier de Lauricisque ainsi que les nouvelles constructions prévues (notamment sur le centre ancien et le foncier de l’ancien stade Pierre Antonius). Trois enjeux majeurs ont été définis et guident l’intervention publique et privée en matière de Gestion Urbaine de Proximité dans ces quartiers :

1. Gestion de l’attente par l’amélioration du cadre de vie,
2. La qualité des services de proximité et la réduction des inquiétudes des habitants,
3. L’évolution des pratiques de communication et la préparation à la gestion des nouveaux quartiers.    

 

Les actions de GUP entreprises en 2010 :

Le « Diagnostic en marchant »  Le « Diagnostic en marchant » réunit sur le terrain tous les partenaires en charge de la gestion des quartiers en termes d’habitat, entretien et aménagement des espaces ainsi que les associations de locataires afin de permettre à la Ville et à ses partenaires de relever les dysfonctionnements et apporter des améliorations rapides dans les quartiers pour assurer la tranquillité publique et l’entretien du cadre de vie. Les « Diagnostic en marchant » sont organisés tous les 4 mois.

 

 

 

 

 


 


"
Diagnostic en marchant" avec les différents intervenants

 

Les Travaux de mémoire – Art Urbain  

Douze jeunes de 16-25 ans ont été associés à une action d’insertion menée en partenariat avec la Mission Locale, pour être initiés aux techniques du graphe dans le cadre de la thématique de la ‘’mémoire du quartier’’. Objectif :

1. Responsabiliser les habitants à l’entretien et l’amélioration de leur environnement,
2. Sensibiliser les habitants aux effets néfastes des dégradations visuelles,
3. Embellir, revaloriser les quartiers de la Rénovation Urbaine. Cette action a permis d’élaborer avec l’aide d’un professionnel en Art urbain, des fresques sur les trois entrées principales du quartier.

 

 

 

 

 

 

 


 

•    Les ateliers de prévention des risques  

La Ville, a mis en oeuvre des ateliers de prévention des risques sismiques, cycloniques, domestiques et incendies, réalisés sous la forme de séances pédagogiques et interactives. Ces campagnes de sensibilisation ont été menées en partenariat avec le Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS). Débutés en Avril 2010, les ateliers se sont achevés au mois de juillet 2010.


Atelier de prévention des risques 

 

•    Les ateliers urbains – Éducation à la santé Ils poursuivent un double objectif :

1.    Éduquer les habitants aux gestes d’hygiène citoyens,
2.    Sensibiliser aux risques de santé publique.

 

•    La Charte de bon voisinage

Une Charte de bon voisinage a été élaborée par les associations de locataires, la Ville et les bailleurs. Elle s’adresse aux habitants relogés dans le cadre de la Rénovation Urbaine. Elle est signée par les locataires lors de leur emménagement. Ils sont avec les bailleurs, les animateurs au quotidien de cette charte.  

 

Le développement économique      

23 locaux commerciaux situés en rez de chaussée des constructions neuves récemment livrées sont en activité depuis le mois de septembre 2010. Ils participent au développement économique du centre ancien par la diversité des services proposés : salon de thé, école permis bateau, produits de décoration africaine… Un commerce de la barre AE a été relocalisé dans l’immeuble de la résidence Lucien DONVEZ. Une étude économique relative au Village des pêcheurs et à l’Esplanade du port de Lauricisque, a été présentée par la SEMSAMAR, mandataire de la Ville, en mai 2010 en mairie. Les options d’aménagement proposées pour ces équipements tiennent compte des différentes pistes économiques qui ont fait l’objet de fiches actions.

 

L’emploi et l’insertion par l’économique  

Dans le cadre de la Convention partenariale signée le 17 Février 2006 avec l’ANRU pour le centre ville et les quartiers de Bergevin, Chanzy, Henri IV et Lauricisque, la municipalité a marqué sa volonté de réaliser de réelles restructurations urbaines et d’opérer un rééquilibrage radical des différentes parties de la ville, en agissant autant sur le bâti que sur l’Homme. A ce titre, les maîtres d’ouvrage s’engagent contractuellement à mettre en oeuvre les dispositions prévues par la charte nationale d’insertion de l’ANRU. En effet, outre le volet habitat du projet de renouvellement urbain, celui-ci doit permettre l’insertion économique et sociale du plus grand nombre d’habitants de ces quartiers afin d’augmenter les chances d’un développement durable au sein du nouveau cadre bâti. Le dispositif s’appuie sur un long accompagnement d’une durée de 24 mois, alliant formation, accompagnement social, suivi personnalisé… contribuant à la mise en oeuvre d’un véritable cercle vertueux :   Insertion-Formation-Emploi