Inauguration Place du Bâtonnier Joseph LATIVE

24 janvier 2019

Samedi 19 janvier 2019, le Maire de Pointe-à-Pitre, Dr Jacques BANGOU et son Conseil municipal en présence de famille LATIVE, les Bâtonniers HOUDA, TACITA, GALAS, COTELLON et FLORO et Me HERMANTIN, Me KACY-BAMBUCK, Me JABOT et Me BREDENT ont  posé une plaque commémorative :« Place du Bâtonnier Joseph LATIVE », ancienne place Camille DESMOULINS

Par délibération du 18 septembre 2018, le Conseil Municipal de la ville de Pointe-à-Pitre a décidé de dénommer la nouvelle place rénovée du Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre.

Joseph LATIVE se pose en fervent défenseur de l’identité guadeloupéenne, inlassable défenseur de la justice et de la dignité humaine.
Le Bâtonnier Fred Hermantin a relaté qui était cet homme, fervent défenseur de l'identité guadeloupéenne, inlassable défenseur de la justice et de la dignité. Il rappela quel était le contexte de son combat pour la justice, dans un système postcoloniale.
Une plaque commémorative a été déposé en son honneur.

Joseph LATIVE est né à Vieux Habitants le 17 juin 1913, décédé le 21 mai 1981 à Saint-Claude.

Bachelier, il fit ses études en France grâce à l’obtention d’une bourse.
En 1939, il est affecté au 23ème Régiment d’Infanterie Coloniale puis admis à l’examen d’aspirant, affecté à l’Ecole Militaire d’Infanterie et de Chars d’Assaut de Saint-Maixent.

Joseph LATIVE fut un excellent étudiant en droit, confiant dans les valeurs de la République et a participé, sans état d’âme à la défense nationale.

A la fin de la guerre, libéré de ses obligations militaires, il terminera ses études par une thèse et obtint le titre de Docteur en droit.
Il prêtera serment, en Guadeloupe, et sera inscrit, par délibération du 28 mai 1948, au tableau de l’Ordre des Avocats de la Guadeloupe.

Ses qualités de juriste furent reconnues par ses pairs qui l’éliront, plus tard, au Conseil de l’Ordre avant de le choisir, à plusieurs reprises, comme Bâtonnier.
Joseph LATIVE relancera, en 1951, la REVUE GUADELOUPEENNE, crée en 1944 par le Gouverneur BERTAUD, une traditionnelle revue de Préfecture ou le débat politique était soigneusement évité.

Joseph LATIVE et Mr HAZAEL-MASSIEUX qui en composent désormais le nouveau Comité Directeur, vont rédiger un article intitulé « LE PROBLEME DES ELITES », bien décidés qu’ils étaient, à intervenir dans le débat politique.

En 1955, Joseph LATIVE, donnera, au Cinéma Le Select à Pointe-à-Pitre, une conférence sur le thème « LE STATUT POLITIQUE DE LA GUADELOUPE », et participe, en 1958, au Cinéma La Renaissance, au « Colloque sur l’ASSIMIILATION »....

Joseph LATIVE a longtemps défendu les valeurs de la DEMOCRATIE, mais confronté, en ALGERIE, aux quotidiens du colonialisme, il avait dû rejoindre ses « vrais frères ».

En dépit des tentations et des menaces, il sut rester ferme, vertical et rester un témoin symbolique et protester sans relâche pour le rappel à l’état de droit face à une administration cantonnée au strict maintien musclé de l’ordre. Là est l’héritage qu’il a légué.

Joseph LATIVE, prestigieux avocat guadeloupéen, a toujours cru que le DROIT permettait toutes les libérations. Il ne s’est pas limité à ses seules activités culturelles mais s’est également impliqué dans le domaine culturel et les débats relatifs à l’avenir politique de la Guadeloupe.